Princesse de feu

Nous (Pierre et François) décidons de profiter d’un beau week-end de septembre et d’une disponibilité familiale pour aller grimper.

- Où ? le choix se porte sur le Briançonnais.
- Quelle voie ? Princesse de feu. Cette voie ouverte en 2009 par Ph Mussatto nous est conseillée par Michel (Raquin) qui l’a parcourue cet été en présence de Jojo (Georges Brenas).

Nous partons de Saint-Etienne vers 19h30 pour rejoindre Plan Lachat (par Valloire) puis une piste qui nous conduit à notre lieu de bivouac, proche du camp des Rochilles, au pied de la face nord du Grand Galibier et du couloir de la Clapière. Après un repas frisquet et un couché tardif, l’alarme de la montre nous réveille à 7h00 pour un petit déjeuner tout aussi frais. Après 1h00 de marche d’approche, nous arrivons au pied de la face du Bec de l’Aigle.
250 m d’escalade exigeante, homogène et soutenue nous attend. 8 longueurs (L1 : 6b+, L2 : 6a+, 6c/A0, L3 : 6b+, L4 : 6b+, L5 : 6a, L6 : 6b+, L7 : 6a+, L8 : 6b). La voie exploite au mieux les belles dalles de la face. L’itinéraire démarre par de belles dalles grises dans le bas de la face (L1, L2), remonte un dièdre (L3) puis un superbe pilier (L4), exploite de belles dalles à goutte d’eau dans le haut de la paroi. L’escalade est technique sur verticales, plus athlétique dans le haut, toujours sur un rocher compacte et sculpté.

Attention de ne pas se fier à la lecture du topo qui pourrait faire penser à une voie plus facile qu’il n’y parait. L’équipement aéré nécessite d’avoir un peu de marge pour profiter pleinement de cette "Princesse de feu".

On peut retrouver le topo de cette voie dans le bel ouvrage de Ph Mussatto ("itinéraire d’un grimpeur gâté" ) magnifiquement illustré d’aquarelles et croquis de l’auteur. (en vente au magasin Expé , 19 place Chavanelle, 42000 Saint-Étienne)

quelques photos